Derniers commentaires

Bonjour, J'ai trouvé l'adresse de ce blog ...

07/10/2016 @ 14:48:20
par jenn


J'ai été interné un soir ...

29/05/2014 @ 11:42:22
par jeanmaire


Calendrier

Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Déc 2017> >>
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
Affichage des articles postés en: Juin 2017

03 Jun 2017 

dyskinésie tardive

Médicaments psychotropes : danger
Les psychiatres omettent de signaler le danger potentiel d’utiliser ces drogues à leurs patients qui vont alors ignorer les risques de dyskinésie tardive (perturbation de la mobilité d’un organe, incoordination, spasmes..), démence tardive, insensibilité émotionnelle, amoindrissement général de la conscience, et dysfonctions cognitives. Le syndrome de déficit neuroleptique (NIDS) peut aussi être provoqué par des clés psychotropes qui changent notre conscience émotionnelle, la rapidité et clarté de nos pensées et fabriquent de véritables « zombies ».

dyskinésies tardives
Les dyskinésies tardives surviennent dans 20 à 40 % des traitements chroniques. Peuvent survenir plusieurs années après l’arrêt du traitement et sont irréversibles

dyskinésie tardive selon la durée du traitement 0 à 5 ans    31,8% 5 à 10ans   49,4% 10 à 15 ans 56,7 % 15 à 20 ans 64,7% 20 à 25 ans 68,4%

dyskinésie tardives
si vous restez sur ces médicaments, pendant dix ans, le risque de développer TD est de 50%.

dyskinésie tardive : les médicaments qui sont parfois utilisés pour maîtriser les tremblements momentanés sont inefficaces vis-à-vis de la DT et peuvent même l’aggraver.

La dyskinésie tardive induite par les médicaments c’est développé chez 73000 personnes âgées, cette condition est la plus grave et commune des effets indésirables des médicaments antipsychotiques, et il est souvent irréversible. Le Syndrome parkinsonien (pakinsonnisme) chez 61000 personnes âgées sont également dues à l’utilisation de médicaments antipsychotiques tels que l’halopéridol (Haldol), la chlorpromazine (THORAZINE), de la thioridazine (MELLARIL), trifluopérazine (STELAZINE), et fluphenazine (PROLIXIN).

Centre de ressources antipsychotiques et dyskinésie tardive (TD)
La dyskinésie tardive (DT) est un trouble du mouvement provoqué par les médicaments neuroleptiques ou antipsychotiques y compris les plus grands tels que Thorazine et Haldol et aussi les plus récents tels que le Zyprexa, Risperdal, Geodon, Abilify et Seroquel. Bien que les défenseurs de la drogue affirment souvent que les antipsychotiques plus récents ou atypiques causent TD à un taux très bas, c’est tout simplement faux. Dr. Breggin a déjà été consulté dans de nombreuses actions de TD portant sur les nouveaux médicaments avec plusieurs victoires d’audience impliquant Risperdal, dont deux au Canada et un en Alaska. Alors que la plupart des cas des cas TD ne se développent pas avant au moins 3-6 mois d’exposition, le Dr Breggin a vu se produire après seulement quelques doses ou moins. La dyskinésie tardive est un trouble très variable qui puisse affliger un groupe de muscles qui est normalement sous contrôle volontaire comme le visage, les paupières, de la langue, de la bouche, le cou, les épaules, le torse et les bras et les jambes. Il peut aussi affliger les muscles qui contrôlent avaler, parler et respirer. Il peut commencer par des changements subtils comme le strabisme ou une langue «épais». Il peut varier en sévérité légère à extrêmement invalidante, et est généralement défigurant et humiliante. Il peut être épuisant. Les cas qui sont graves ou qui durent depuis plusieurs mois sont généralement irréversibles. Elle peut survenir à n’importe quel âge. Il n’existe aucun traitement satisfaisant. La dyskinésie tardive se produit sous plusieurs formes, y compris TD classique avec des mouvements lents ou saccadés, la dystonie tardive des spasmes musculaires qui peuvent être très douloureuses, et akathisie tardive avec une agitation intérieure angoissante ou agitation qui anime souvent la personne à se déplacer frénétiquement dans un effort pour soulager les sensations…. Expertise médicale du Dr. Breggin a joué un rôle clé dans de nombreux cas de survenue de dyskinésie tardive, y compris ce qui suit:
  • 1,6 million de dollars TD verdict
  • 6,7 millions de dollars accordé par un jury en cas Risperdal TD
  • Jury des prix de 1,3 million $ à la victime TD: juge d’appel ups attribution de 2 millions de dollars, citant le témoignage du Dr Breggin
  • TD cas réglé après le témoignage du Dr Breggin
  • victoire de repère dans le premier cas canadien TD

La dyskinésie tardive a été nommé et classé en 1964. Au début des années 1960, les symptômes associés à la dyskinésie tardive ont été apparent dans environ 30 pour cent des patients psychiatriques traités par antipsychotiques, liant le développement de l’état de ces médicaments. Le développement de la dyskinésie tardive est souvent liée à l’utilisation du métoclopramide. Le métoclopramide du médicament (vendu aujourd’hui sous le nom de marque Reglan, entre autres) a été développé en Europe au milieu des années 1960 et est devenu disponible pour une utilisation en 1982. Au début de 2009, la Food and Drug Administration a émis un avertissement au sujet de métoclopramide, en informant le public de la recherche qui suggère l’utilisation de métoclopramide est la cause la plus fréquente des troubles du mouvement induits par les médicaments. Une étude de 2004 a révélé que les femmes plus âgées traitées avec le métoclopramide sont exposés à un risque accru de développer des symptômes de dyskinésie tardive, en plus, les hommes, les nourrissons et les enfants sont également fréquemment touchés par la dyskinésie tardive induite par le métoclopramide ..

Poursuite de la dyskinésie tardive
Poursuites judiciaires pour les utilisateurs de Reglan étudient actuellement dans tout le pays.

Tardive Dyskinésie Procédure
Dyskinésie tardive se caractérise par des mouvements coordonnés et constants de la bouche, de la langue, de la mâchoire et des joues.
03 Jun 2017 

Les neuroleptiques provoquent des psychoses

neuroleptique : Déclencheurs de la psychose
mais aussi : les antidépresseurs, les tranquillisants, les anticonvulsivants, les antiparkinson, les analgésiques, les antibiotiques, les médicaments contre l’hypertension, ritaline….

Les neuroleptiques / antipsychotiques (inefficaces) sont la meilleure manière de devenir psychotique
L'étude portait sur 145 patients et les chercheurs ont signalé que, après 15 ans, 65% des patients atteints d'antipsychotiques étaient psychotiques, alors que seulement 28% de ceux qui ne recevaient pas de médicaments étaient psychotiques

Les traitements neuroleptiques sont fortement suspects de produire des crises psychotiques soit par syndrome de sevrage, soit par toxicité directe. Autrement dit le médicament supposé soigner la folie rend fou. Joanna Moncrieff a eu le courage de le montrer pour la clozapine dans cette étude

augmentation de 20 fois du taux de suicide chez les personnes diagnostiquées avec la schizophrénie depuis l'introduction des neuroleptiques.

NEUROLEPTIQUES Les effets secondaires incluent des symptômes parkinsoniens pour lesquels plus de médicaments sont prescrits qui peuvent causer (traitement induite) maladie iatrogène grave. Chez les personnes qui ne sont pas psychotique, ils peuvent en effet êtres déclencheur de psychose. Gain de poids grave, le diabète et les problèmes cardiaques peuvent également avoir des effets secondaires. Des bilans réguliers pour des signes d'effets indésirables doivent être effectuées. Ils ne sont pas «guérir» quoi que ce soit, mais changer la façon dont fonctionne l'esprit. Joanna Moncrieff de écrit un livre intitulé : Le mythe de la Cure chimique Mes ,eneuroleptiques