Derniers commentaires

Bonjour, J'ai trouvé l'adresse de ce blog ...

07/10/2016 @ 14:48:20
par jenn


J'ai été interné un soir ...

29/05/2014 @ 11:42:22
par jeanmaire


Calendrier

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
31 Aoû 2013 - 18:48:57

Neuroleptiques: Traitement ou torture ?

En traduction google:

Neuroleptiques: Traitement ou torture ?

Lorsque médecins psychiatres dans les démocraties occidentales utilisent des neuroleptiques sur leurs propres patients, ils prétendent qu'il s'agit d'un traitement relativement sûr, nécessaire et efficace.
Toutefois, lorsque les mêmes traditionnels professionnels de la psychiatrie observée psychiatres soviétiques en utilisant les mêmes médicaments sur les personnes atteintes de schizophrénie au cours des dernières décennies de l'ère communiste, ils ont proclamé haut et fort que les médicaments étaient utilisés comme une forme de punition et de la torture. Ce fut malgré les preuves que les psychiatres soviétiques abordé le concept de maladie mentale de façon presque identiques à ceux des psychiatres occidentaux. Un enquêteur de la psychiatrie soviétique à la fin de l'ère communiste a constaté que:
L'hypothèse dopaminergique de la schizophrénie et de la dépression hypothèse amine sont largement citées. Il s'agit d'une approche plus intense au traitement dans les premiers stades de la maladie, et la gamme de médicaments utilisés est similaire à celle de l'Ouest. Fait intéressant, la clozapine [un neuroleptique atypique] a été utilisé dans l'Union soviétique bien avant qu'il devienne disponible dans les pays occidentaux [50].

L'Association mondiale de psychiatrie, l'organisme professionnel représentant les psychiatres au niveau international, a été très important dans les années 1980 dans une campagne de condamnation de la psychiatrie soviétique. Il y avait une perception très répandue en Occident que les psychiatres soviétiques utilisaient des neuroleptiques comme une forme de torture contre les dissidents qui avaient été diagnostiqués avec la schizophrénie.

Leonid Plyushch, un scientifique russe et dissident politique des années 1970 qui a finalement fui aux États-Unis, a raconté comment il avait été drogué dans un psychoprison soviétique sur de petites doses de neuroleptique Haldol: «J'ai été horrifié de voir comment je détériorée intellectuellement, moralement et émotionnellement de jour en jour. Mon intérêt pour les problèmes politiques ont rapidement disparu, alors mon intérêt pour les problèmes scientifiques, et puis mon intérêt pour ma femme et mes enfants ». [51] Haldol n'est pas une invention soviétique. Il est fabriqué aux États-Unis par Pharmaceuticals McNeil. En 1995 Haldol eu 24 pour cent du marché des neuroleptiques aux États-Unis. [52]

L'organisme professionnel représentant les psychiatres soviétiques a démissionné du WPA sous pression en 1983, et en 1989, un article du Time en garde contre les dangers de laisser les psychiatres soviétiques pour rejoindre le WPA. L'article sondé l'opinion que les méthodes psychiatriques est demeurée essentiellement inchangée dans l'Union soviétique et passé en revue certains des abus du passé. Lors de ses pires supposés, psychiatrie soviétique a été dominée par le Dr Andrei Snezhnevsky, le directeur de l'Institut de Psychiatrie de l'Académie des sciences médicales. Snezhnevsky était mort en 1987, mais il avait été la figure de proue de la psychiatrie soviétique depuis les années 1950 et son influence fut encore sentir. C'était Snezhnevsky qui,

a élargi la définition de la schizophrénie en ajoutant la catégorie «schizophrénie lente». Il définit le trouble comme une maladie lente en développement sans les hallucinations qui sont un élément classique dans la définition occidentale de schizophrénies nombreux. Au lieu de cela, les «symptômes» pourrait être près de toutes les formes de comportement insociabilité, le pessimisme, doux entêtement, qui s'écartaient de l'idéal social ou politique. [53]

Cette description de la schizophrénie pourrait facilement être dérivée des critères diagnostiques actuels du DSM-IV, dans laquelle «hallucinations» ne sont que l'un des cinq Critère A possible symptômes et ne sont pas une caractéristique essentielle de la schizophrénie. Preuve de «sauvagerie, le pessimisme doux, entêtement, qui s'écarte du social idéal», pourrait facilement déclencher un diagnostic de schizophrénie à l'aide du DSM-IV des lignes directrices. Comportement désorganisé (Critère A4) en combinaison avec des symptômes négatifs tels que l'aplatissement affectif (Critère A5) et la dysfonction sociale (Critère B) serait probablement suffisant. Si une personne était gênant pour leur famille ou une nuisance sociale dans un pays occidental, il n'est guère douteux que les critères soviétiques pourraient être utilisés pendant au moins une étiquette de schizophrénie provisoire comme un trouble schizophréniforme (DSM-IV) ou la schizophrénie simple (CIM- 10).

L'article du Time même décrit la torture / peine infligée à des dissidents soviétiques comme étant «hospitalisé pendant des années sous des conditions carcérales et mis sur des médicaments puissants qui les a transformés en zombies. [54] Mais les puissants médicaments qui violent les droits de l'homme en tournant soviétique dissidents en zombies sont les mêmes que ceux utilisés neuroleptiques sur les mêmes types de personnes par des psychiatres occidentaux.

Une autre description indigné de psychiatrie soviétique décrit la schizophrénie lente encore: «L'une des manifestations de cette affection roman était« entêté et inflexible des convictions ", le traitement habituel se composait de mégadoses de tranquillisants puissants, tels que Thorazine pour" prophylactiques "fins" [55] Une fois. encore une fois, «l'inflexibilité des convictions» n'est qu'une autre façon de décrire «délires avec le manque de perspicacité», qui est une caractéristique commune du diagnostic de schizophrénie en Occident. «À des fins prophylactiques» est appelé «traitement d'entretien» par les psychiatres occidentaux et, comme l'Haldol dans la description précédente, le médicament utilisé pour soi-disant «punir» les dissidents soviétiques, Thorazine, est systématiquement appliquée aux schizophrènes par des psychiatres occidentaux. Thorazine est la marque et la chlorpromazine le nom générique, d'un neuroleptique couramment utilisé qui a eu 12 pour cent du marché des neuroleptiques aux États-Unis en 1995. [56] En Grande-Bretagne ce médicament est connu sous le nom de Largactil.

Thomas Szasz affirme que le spectacle de la profession psychiatrique occidentale fort condamnant psychiatres soviétiques pour leur usage abusif des normes professionnelles était essentiellement un exercice d'hypocrisie. Szasz affirme que c'est le pouvoir psychiatrique qui est le problème à partir de laquelle les mauvais traitements psychiatriques se pose, et que le pouvoir psychiatrique est tout aussi répandu dans les sociétés démocratiques comme il était en Union soviétique: «l'abus psychiatrique, comme nous avons l'habitude d'associer avec les pratiques de l'ex- Union soviétique, ne se rapporte pas à l'utilisation abusive des diagnostics psychiatriques, mais à la puissance politique intrinsèque au rôle social du psychiatre dans les sociétés totalitaires et démocratiques ressemblent ». [57] Si l'on accepte l'argument selon lequel un traitement neuroleptique était une forme de torture quand il a été utilisé par les psychiatres soviétiques, il ya peu de raisons d'avoir une opinion différente sur son utilisation courante par les psychiatres occidentaux.

Lawrence Stevens, avocat aux Etats-Unis qui représente les victimes de l'injustice psychiatrique, va au-delà du modèle de punition / torture pour le traitement forcé des neuroleptiques. Il compare la pratique du viol:

Dans les deux cas, le pantalon de la victime sont tirés vers le bas. Dans les deux cas, un tube est inséré dans le corps de la victime contre son (ou sa) volonté. Dans le cas du viol sexuel, le tube est un pénis. Dans le cas de ce qu'on pourrait appeler le viol psychiatrique, le tube est une aiguille hypodermique. Dans les deux cas, un fluide est injecté dans le corps de la victime contre son gré. [58]

Descriptions données par les patients du traitement qu'ils ont reçu de confirmation donne parfois de l'affirmation Stevens, malgré son hyperbole. Une femme malade, qui avait lu un certain nombre de livres sur les théories psychiatriques de la schizophrénie avant son incarcération, a eu l'audace d'exiger du personnel de l'hôpital qu'ils tester ses niveaux de dopamine avant de lui donner un traitement neuroleptique, afin de confirmer qu'elle avait effectivement un déséquilibre chimique dans son cerveau.

Quand j'étais exigeant des tests à Shellharbour [un hôpital psychiatrique de New South Wales, Australie], j'ai refusé de s'allonger sur le lit pour une injection moins ils ont testé mes premiers niveaux. L'hôpital a dans les hommes de la sécurité de l'hôpital qui m'ont poussé autour de la salle de télévision via un couloir de retour. Ils m'ont maintenu à terre et forcé l'injection sur moi. [59]

Ce même patient ancienne poursuit en décrivant la façon dont les neuroleptiques influer sur le comportement des patients en principe la «thérapie de la peur» de même que les formes antérieures de traitement:

Lorsque les effets secondaires des médicaments a commencé à prendre effet que je dit au personnel que les effets secondaires étaient totalement inacceptables et que les médicaments sont toxiques. Pire encore, ils forçaient les médicaments non testés sur des patients non testés. Le psychiatre traitant «moi était furieux. Elle a déclaré en réponse que je n'étais pas autorisé à quitter la salle avec les autres patients. J'ai donc été effectivement mis en isolement dans le service. J'ai eu à endurer les effets secondaires de l', etc dans le silence, car il est toujours ECT dans le couloir. Personnel alors naïvement cru que j'avais calmé à cause des médicaments. Une infirmière psychiatrique a dit: «Regardez comment vous êtes beaucoup mieux maintenant». Cette femme croyait sincèrement que j'avais calmé en raison de l'intervention biologique. Je n'avais pas changé mes attitudes ou sentiments que l'on skerrick. Il était juste que j'étais trop terrifiée pour dire quoi que ce soit parce que cette femme «traiter» moi était vicieux. Elle ne plaisantait pas. J'ai renoncé à la lutte, de peur d'un risque accru de lésions cérébrales à partir des doses plus élevées sur une plus longue période de temps. [60]

La peur de «l'ECT ​​dans le couloir» est un élément particulièrement remarquable dans le traitement crainte qui a été appliqué à ce patient. Elle a en outre clarifié le principe thérapeutique: «Parce que biopsychiatrists déshumaniser et dépersonnaliser les schizophrènes, ils ne peuvent pas comprendre le fait que nous répondons rapidement aux abus comme tout le monde. Si quelqu'un met la crainte de Dieu en vous, vous la fermer. En raison du silence qu'ils pensent que le patient s'est calmé et récupérées du fait de l'intervention biologique ». [61]

L'histoire du traitement de la schizophrénie révèle une longue tradition de l'application de la torture et des peines cruelles comme des formes de «thérapie de la peur». Dans les psychiatres dernières ont franchement décrit le principe de la thérapie peur comme donnant aux patients un choix entre un meilleur comportement ou plus de douleur. Traitement contemporain sous la forme d'un traitement neuroleptique, tout en conservant clairement le principe même peur thérapie, restreint également la liberté d'une personne en agissant comme une camisole de force chimique. De cette façon, un traitement neuroleptique semble violer les droits de l'homme qui protègent contre la perte de liberté ainsi que les droits de l'homme qui protègent contre la torture et les peines cruelles.

Tout cela est assez mauvais, mais la situation est maintenant aggravation. Non content de l'1-2 de pour cent de la population traditionnellement pris dans le filet de diagnostic, la profession psychiatrique est actuellement engagé dans un projet visant à accroître le nombre. Dans ce qui semble être une stratégie largement développée par l'industrie pharmaceutique, les psychiatres sont désormais engagés dans une campagne de médecine préventive pour détecter et traiter les schizophrènes qui sont encore dans un soi-disant pré-psychotique scène. Étant donné qu'il n'y a pas de maladie à prévenir et à la mise en œuvre d'une campagne de médecine préventive est donc beaucoup plus susceptibles d'accroître plutôt que de réduire le nombre de personnes qui reçoivent un diagnostic-le raisonnement derrière cette campagne est douteuse. Toutefois, il n'est pas difficile de deviner les résultats, que ce soit voulu ou non. Ce sera une extension du contrôle précaution psychiatrique mesure avec une expansion du marché de la nouvelle génération de neuroleptiques atypiques.

Suivant: 9. Early Psychosis: élargir le marché de la médecine préventive


-------------------------------------------------- ------------------------------

[50] François Ier Dunne, «La psychologie soviétique et occidental: une étude approfondie», p. 374.

[51] Peter Breggin, Toxic Psychiatry, pp 71-2.

[52] Norman L. Keltner, «antipsychotiques», à Norman Keltner et al., (Eds.), pp 230-1.

[53] John Langone, «Une profession en situation de stress; longtemps mis au ban de collègues du monde entier, les psychiatres soviétiques essaient de montrer qu'ils ne sont pas des instruments d'oppression», pp 94-6.

[54] Ibid.

[55] Victoria pape, «Mad Russes: les victimes du régime soviétique« psychiatrie punitive »continuent de payer un lourd tribut", pp 38-43.

[56] Keltner, op. cit., pp 230-1.

[57] Thomas Szasz, «diagnostic psychiatrique, Le Pouvoir psychiatrique et les abus psychiatriques», pp 135-9.

[58] Lawrence Stevens, les drogues psychiatriques: guérison ou charlatanisme?

[59] Heather Nolan, communication personnelle (lettre à Richard Gosden), 26 Février 1998.

[60] Ibid.

[61] Ibid.
Admin · 3982 vues · 2 commentaires

Lien permanent vers l'article complet

http://neuroleptiques.sosblog.fr/victimes-b1/Neuroleptiques-Traitement-ou-torture-b1-p95.htm

Commentaires

Commentaire de: jenn [ Membre ]
Bonjour,

J'ai trouvé l'adresse de ce blog sur le site regenere.org,

Je voudrais de l'aide, j'ai arreté zyprexa (5mg) et deroxat (40mg)il y a trois jours, je me sens plutot bien, j'ai bien dormi la première nuit, 3h la suivante et 7h cette nuit. Juste 2 cauchemars mais l'anxiété est passée. je continue le seresta sans l'augmenter, j'arrêterai à terme.
Aujourd'hui je me sens un peu ko, quels conseils pouvez vous me donner pour aider au sevrage et ne pas en arriver à devoir en reprendre? svp repondez moi...
Merci pour ce blog!
   07/10/2016 @ 14:48:20
Commentaire de: jeanmaire [ Visiteur ]
J'ai été interné un soir et le lendemain matin,alors que j'étais sous l'emprise de médicament,j'ai subi une IV lente de poison jusqu'a perdre connaissance.J'ai senti la mort se rapprocher avec les 4 membres attachés ,j'avais 17 ans........
   29/05/2014 @ 11:42:22

Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)